Conseiller à un amiMembre +Devenir contributeurAccès vidéos

Médecine esthétique - Injectables

Les produits

Toxine botulique

Acides hyaluroniques

Autres

Les outils
Les plans d'injection
Les stratégies de traitement
Par région

Front

Tempe

Glabelle

Orbite, cernes

Pommettes, joue

Nez

Lèvres, menton

Ovale

Cou

Complications

La toxine botulique

Les vidéos

Bibliothèque ADV

Dans cette section, vous trouverez des mémoires et des présentation Powerpoint envoyées par nos contributeurs. Il s'agit de travaux académiques réalisés par des étudiants des Diplômes Universitaires dont ADV est partenaire.

Les fillers

Les vidéos

Bibliothèque ADV

Dans cette section, vous trouverez des mémoires et des présentation Powerpoint envoyées par nos contributeurs. Il s'agit de travaux académiques réalisés par des étudiants des Diplômes Universitaires dont ADV est partenaire.

Toxine Botulique

En France, 3 principaux laboratoires distribuent la toxine botulique : Merz ®, Allergan ® et Galderma ®. Chacun de ces laboratoires distribue un produit à utilisation « fonctionnelle » et un autre à utilisation « esthétique ». Attention, les dilutions ne sont pas toujours les mêmes pour les différents laboratoires.

 

Laboratoire Fonctionnel Esthétique Ratio
Merz Xéomin Bocouture 1
Allergan Botox Vistabel 1
Galderma Dysport Azzalure 2.5

 

Ainsi, 40 ui de Vistabel® ou de Bocouture® équivalent à 100 UI d’Azzalure ®. Nous prendrons ici comme doses l’exemple de Bocouture® ou de Vistabel®. Il convient donc de multiplier par 2.5 les doses pour avoir l’équivalent Azzalure® (on parlera d’unités Speywood).

En général, 50 UI de TB (équivalent Botox) sont utilisés lors d’une séance d’injection.

Les produits sont dilués avec du NaCl 0.9% injectable (et non de l’eau stérile, injection douloureuse). En principe, 1 ou 1.2 mL de sérum physiologique permet de diluer les 50 UI. En fonction de l’effet et de la concentration voulue, cette dilution peut varier. Cependant, nous conseillons de toujours utiliser la même dilution lors des premières séances d’injection, afin d’éviter une perte de temps ou des erreurs de manipulation.

Front

Les rides frontales peuvent être atténuées ou supprimées grâce à la toxine botulique. Le nombre de points d’injection dépend essentiellement de la hauteur du front et les doses utilisées sont souvent plus importantes chez l’homme que chez la femme.

L’examen clinique pré injection déterminera si un point médian doit être pratiqué. En effet, il ne faut pas oublier que le muscle frontal présente un diastasis médian, qu’il n’est donc pas nécessaire d’injecter dans la plupart des cas. En général, deux lignes suffisent, la plus basse étant située à au moins 3 cm du sourcil. En effet, en cas d’injection trop basse, l’effet « releveur du sourcil » du muscle frontal sera atténué et peut en résulter une chute de ce dernier. Environ 4 à 5 unités par point sont nécessaires, avec 5 points par côté.

L’injection doit être sous cutanée superficielle. Il ne faut pas aller jusqu’au contact avec le périoste.

Cas particulier, la présence d’une ride sus-sourcilière latérale : il est alors possible d’injecter latéralement le muscle frontal. Il peut en résulter une petite chute de la queue du sourcil, qui sera facilement atténuée par un point d’injection sous sourcilier latéral.

Risques de toxicité et interactions médicamenteuses

Il n’existe pas de risque de toxicité ou de botulisme inhérents à l’utilisation de toxine botulique. Les doses toxiques de Toxine Botulique de type A sont 50 fois plus élevées que celles utilisées en thérapeutique.

En revanche, il convient de toujours s’assurer de l’absence de contre-indications avant d’utiliser de la toxine botulique :

  • Présence d’hypersensibilité à l’un des composants,
  • Grossesse et allaitement
  • Maladies de la transmission neuro musculaires (Sd de Lambert-Eaton, myasthénie)
  • Infection au point d’injection

Il faut également connaitre les interactions médicamenteuses. Certains ont des effets potentialiseurs de la toxine botulique : les aminosides, la ciclosporine, la D-Penicillamine, la tiopronine.

Attention également aux patients traités par anti agrégeant ou anticoagulants, le risque d’hématome est accru chez ces patients.

 

Complications liées à l’injection

Erythème, oedème et ecchymoses sont rares et peuvent être contrôlés par une petite compression locale. Attention toutefois à ne pas faire diffuser le produit, notamment en zone péri orbitaire. L’arrêt des traitements anti agrégeant ou anticoagulants est, si possible, préférable.

Les douleurs restent rares et tolérables. Attention à utiliser du sérum physiologique et non pas de l’eau stérile.

 

Complications liées à une mauvaise utilisation du produit

La diffusion

Aux doses normalement utilisées, la diffusion du produit est d’environ 1 cm. Il est donc impératif de respecter cette zone de diffusion, notamment en zone périorificielle.

Dans le tiers supérieur du visage,  la diffusion au muscle releveur de la paupière donnera un ptosis et aux muscles oculomoteurs une diplopie. Si ces complications sont transitoires, elles sont néanmoins très gênantes pour les patients. L’effet Méphisto est dû à une contraction trop importante de la partie latérale du muscle frontal. Elle est entrainée par une atténuation des muscles adjacents. Le méphisto est facilement corrigeable par une injection de toxine botulique dans la partie latérale du muscle frontal. La chute du sourcil est due à une injection trop proche du rebord orbitaire dans le muscle frontal. Il est nécessaire de respecter les 3 cm préconisés en sus sourcilier.

Dans le tiers inférieur du visage, les injections de toxine en zone peribuccale doivent être prudentes en raison des multiples fonctions dévolues à cette zone anatomique : parole, expression et alimentation. Une diffusion au muscle orbiculaire oris ou au DLI doivent être évitées.

 

Insuffisance de traitement

« Less is more ». Il vaut toujours mieux prévoir 2 séances d’injection que trop injecter d’un coup et se retrouver avec un effet indésirable. Toujours prévenir le patient de la possibilité d’une 2e séance, pour compléter le geste ou harmoniser le résultat.